Rechercher dans ce blog

Translate

dessin/sculpture/peinture/mise en scène plastique

dessin/sculpture/peinture/mise en scène plastique
Mise en scène du tableau "la Danseuse" à Beaubourg
/// CLIQUER SUR LES IMAGES POUR LES AGRANDIR///

samedi 28 juin 2014

tête de chien RAKU





CERAMIQUE
terre émaillée RAKU
H 12,5 cm/ L 17 cm/ l 12 cm

rongeur patte en l'air RAKU




CERAMIQUE
terre émaillée RAKU
15 cm/ L 28 cm/ l 17 cm
Collection Particulière

cri pattes en l'air


CERAMIQUE
terre émaillée RAKU
10 cm/ L 7 cm/ l 6,5 cm

tête de mouton RAKU





CERAMIQUE
terre émaillée RAKU
10 cm/ L 17 cm/ l 17 cm
Collection Particulière

tête de poule


CERAMIQUE
terre émaillée RAKU
3 cm/ L 9 cm/ l 4,5 cm

LE JOURNAL DE FOUINE SUR LE TOIT DE L'ATELIER


JOURNAL DE FOUINE

21_06_2014
Ce soir "Guêpes VS Fouines", un match avec paparazzi sur le toit de l'atelier, si tout se passe bien, et que mon installation fonctionne je vous enverrai des photos, j'suis au taquet! Vigie ok, appareil photo ok, câle dans les intestice de ma fenêtre ok... reste plus qu'à attendre le réveil des fouines...

25_06_2014
Match NUL "Fouine VS Guêpes", mais après 4 jours de vigie nocturne, j'ai enfin les photos du match!!! Il faut dire que la fête de la musique et les victoires du foot ont perturbé la sortie des fouines, ces canailles nocturnes qui font du sport sur le toit de l'atelier! Tout de suite, l'événement en images!!!!

06-2014
La genèse "Guêpes VS Fouines". Une nuit une fouine essaye de démonter la fenêtre du toit, j'arrive à accéder à l'extérieur, la fouine fuit et je me rend compte que le U du cadre du vélux se soulève facilement, je le prend à la main puis le ré-enclanche dans ses ergots, rentre... le lendemain je monte sur le toit, regarder cette affaire de jour et de plus près, là je me rend compte que j'avais brandit un foetus de nid de guêpe accroché à mon U!!! tout s'éclaire! Les fouines mangent les guêpes! les guêpes sont ici, et moi je suis sous les guêpes, essayons de forcer l'affrontement... je me décide alors à essayer tout doucement de mettre des cales en terre pour simplifier l'accés des fouines


21-06-2014
jour 1, Aurélie m'aide à caler tout le bordel et repérer l'abri des fouines sur le toit, ainsi qu'à caler les accès au nid de guêpe.
fête de la musique, feu d'artifice. Je sens qu'il va falloir être patiente, à 5h du matin, les fouines ne se montrent toujours pas, je me couche et réfléchis à autre système pour faciliter l'acces aux guêpes.

22-06-2014
jour 2, match de foot, victoire aux fenêtres, puis victoire dans les rues, l' Algérie a gagné, les klaxons retardent encore mon expérience nocturne, je suis fatiguée, je m'endors à 3h



23-06-2014
jour 3, Linda vient m'aider à changer le système de facilitation d'accès aux guêpes pour les fouines, je décide de faire carrément sauter le U, tout en le conservant sur le périmètre de la fenêtre pour avoir une vue photographique. J'ai réussi, les guêpes sont surexcitées, je ne suis pas piquée. on boit un coup en attendant le réveil des fouines... on les verra se pointer vers minuit, pas le bon angle pour faire des photos, Linda les guette de loin, attendrie, forcément... je tombe de fatigue vers 3h également mais je remarque que leur agitation est au sommet juste avant le chant des oiseaux, c'est à dire entre 4 et 5 heures du matin.



24-06-2014
jour 4, cette nuit!!! je me prépare dés 22h, quand elles commencent à sortir des murs. appareil, frontale, déclencheur à distance, cache lumière pour l'écran photo, réglages, tout est prêt. Ma fatigue atteint quand même des sommets mais les conditions sont idéales. Les fenêtres voisines éteintes, soirée silencieuse, les guêpes en vue. je vais tenir. elles courent! elles sont là, je les surveille, entre les chasses, les combats et les courses, mon coeur saute dés qu'elles s'approchent. Elles sont si belles! à 4h 10 elles attaquent enfin le nid! chacune leur tour, courent et soulèvent, sautent, grognent, crient, telles des hystériques enthousiastes, elles communiquent leur règne à cette heure, le toit est leur, c'est évident. le match est nul mais la partie est longue. j'ai pu prendre une dizaine de photos, avec l'énergie qui me restait. puis enfin... malgré l'excitation, je m'apaisais pour dormir avec mon petit butin... Maintenant il va falloir trouver une autre astuce pour que le combat monte en force... 







28-06-2014
Bonne séance du match cette nuit!!! FOUINES VS GUEPES toujours 0-0, les guêpes sont à cran, l'équipe des fouines toujours aussi en forme, j'ai pu photographier plusieurs joueuses de l'équipe, photos prises cette nuit entre 3h40 et 5h! Une meilleure visibilité, je m'étais promis de dormir mais c'est si prenant!!! j'essaierai de photographier leur profil quand l'équipe est en cime des toits, des sauts de moutons-cabri en profil c'est magnifique!










BONUS!!!:
mon portrait dessiné par Corinne de l'atelier
(ah ah j'me marre)

La nuit du 30 Juin-1 er Juillet, les fouines ont enfin fait sauter le cadre en U métal du vélux, mon système a fonctionné! le match est TENNNNDUUUU!!!! je commence à avoir de la sympathie pour les perdantes, surtout que placé comme ça, le nid me donne un spectacle quotidien exceptionnel! je peux observer la petite colonie et ses larves en gestation, si les fouines n'y arrivent pas, je les laisserai jusqu'à leur départ en hiver. Après tout les guêpes aussi pollinisent! 

le 5 Juillet je dois partir faire de l'impro archi au festival jazz a Luz avec Jolly Rogers, les fouines ne se sont pas montrées depuis plusieurs jours, leur présence me manque, j'ai peur que tout se passe en mon absence.

Le 16 Juillet
ayé.... rentrée de Luz.... et.... et.... bhein oui les fouines? bhein match fini, je n'étais pas là mais y'aurait eu un sacré bordel, en tous cas les résultats sont là, évidents, FouinesWIN, fenêtre KO, nid éliminé, je suis presque triste. Presque. presque parce qu'il faut pas déconner, maintenant on peut ouvrir la fenêtre. reste plus qu'à remettre tout en ordre, ce festin a laissé quelques traces, je cache ma complicité, toutes ces larves me touchent, quand même... presque....

THE END

lundi 16 juin 2014

extrait du dessin "peur subjective" en cours et texte


L’animal est l’ « HABITANT » il représente les sens qui nous manquent dans un rapport à un environnement complexe mais aussi l’empathie d’une réception d’un monde que l’on partage. 
Savoir qu’il est autre, qu’il s'organise avec ce que parfois nos sens d’humains nous cachent, prononce une partie chamanique qui, puisée dans l’instinct « religieux » de toute l’histoire de l’humanité, donne encore et toujours, comme le cycle des écritures et des langues, des images qui ponctuent nos sens et ce qu’on ne voit pas, comme un dialogue visible là où la poésie vitale des sentiments prend des formes inconnues.
Noémie à l'atelier

jeudi 12 juin 2014

une série tacite

"comparaison des perceptions"
65x50 cm
Arches à grain 300g
Collection d'entreprise


détail

2x9x14 cm                                      et                      "LE DRAPEAU" 12,7x20,5 cm
papier Moleskine aquarelle, 300g/m2, 25% coton à grain moyen

"LA VIE, 86 ans"
9x14 cm
papier Moleskine aquarelle, 300g/m2, 25% coton à grain moyen

mardi 10 juin 2014

Texte présentation Noémie Sauve par la galerie PapelArt/// Maryline Robalo et Orianne Beguermont


Noémie Sauve vit l’entreprise artistique sur un schéma guerrier. En lutte contre l’ennui et l’uniformité, elle reiconographie le monde qui l’entoure, dit elle, et s’attèle quotidiennement à la pratique artistique comme certains font du sport à outrance, se portent volontaires pour affronter le feu ou s’en vont rejoindre leur chantier chaque matin: « Dans ma tête je porte un bleu de travail ».

Autodidacte, habitée par les prérogatives des collectifs politiques, pour Noémie Sauve l’art est un projet de vie à long terme. Cette quête d’infini, cette envie de sentir un peu plus encore et d’entrer en résonnance avec le monde qui l’entoure est viscérale. Frénétique et fantaisiste elle ne se refuse rien tant que ce qu’elle s’autorise alimente ses recherches.

D’un travail préparatoire entrepris au quotidien, lequel relève de l’alimentation d’un stock, d’une base de données, issues de recherches historiques et scientifiques, mais aussi d’un travail moins documentaire et plus sensible d’observation des modes et tendances urbaines, surgissent des propositions plastiques très cohérentes. L’ensemble constitue « un tout », un champ lexical, un vocabulaire qui sert ensuite de base à ses improvisations visuelles et plastiques, ainsi qu’au développement de son langage.

Le plus souvent, ce procédé d’improvisation débouche sur un trait animal qui porte en lui l’énergie de l’improvisation, de l’imprévisible, du sauvage et la structure bien fondée du travail de recherche, documentée. Cohabitent ainsi des formes passées, héritées, digérées et des formes nouvelles, futuristes chargées d’impulsions nouvelles, qui lui sont personnelles. À mi chemin entre passé et futur, ces travaux tissés de ce lacis temporel constituent une cartographie de son expérience du présent et viennent enrichir notre rapport au territoire, à notre nature animale, à nos rêves.

Énergiques, utopiques, lumineux, les dessins de Noémie Sauve imaginent un univers décloisonné, libéré des figures imposées. Ainsi elle réintègre les paillettes de notre enfance, crayonne sans contrainte figurative, manie la couleur au feutre fluo comme guidée par une sorte de magie contagieuse. 
Noémie Sauve aime à présenter ses recherches actuelles sur l’animal et son environnement, les actions de l’un sur l’autre, leurs relations, interactions, agissements sous l’appellation « Animal abîmé », qu’il faut entendre comme suit:
l’animal mis en abîme, placé, par un trait dense, haptique, dans une relation d’anamorphose au paysage qui le révèle en même temps qu’il le questionne, qui le constitue, le modèle tout en le transformant, et alors même qu’il l’atteint, l’endommage.

Le travail de Noémie Sauve, comme un retour sur soi, est infiniment sincère, superbement fantasmagorique, rayonnant, tel un guide vers un ailleurs à partager…
Maryline Robalo et Orianne Beguermont

mardi 3 juin 2014

Exposition Collective "FAITS DE PLUMES ET DE POILS"


EXPOSITION du 19 Juin au 31 Juillet 2014
Vernissage Jeudi 19 Juin à partir de 18h30 à la galerie PapelArt
1, rue Charlemagne, 75004 Paris

avec 
Elise Bergamini, Noémie Huard, Cécile Hug, Dorian Jude, Céline Leroy, Mathieu Renard, Noémie Sauve.

Constitués de matière(s), plus ou moins recouverts de plumes ou de poils, l' Homme et l'Animal se définissent entre autre, dans leur rapport au monde et au vivant à travers l'étude et le maintien de leur texture. Le poil investi par les artistes de cette exposition dans toute son acception, malmène le spectateur de la grimace de dégoût aux larmes de rire. Il se fait le lien évident entre la part animale de l'homme et de ce qu'il a de plus contrôlé et maîtrisé tandis que les plumes offrent aux sujets qui les revêtent un vent de liberté et d'ailleurs annoncé



Relations presse / dossier et visuels HD:
maryline.robalo@papel-art.com
+33 (0)6 03 25 49 49

Renseignements :
orianne.beguermont@papel-art.com
+33 (0)6 87 28 39 47

Galerie PAPELART
1, rue Charlemagne
75 004 Paris
www.papel-art.com
mardi-samedi 14h/19h