Rechercher dans ce blog

Translate

dessin/sculpture/peinture/mise en scène plastique/Disconographies/expos/édition/photographie...

mardi 19 mai 2020

Rendez-Vous à Saint Briac réinventé 2020

Pour cette année particulière, l'équipe de l'association festivart a imaginé un Rendez-vous à Saint-Briac "réinventé". Nous avons demandé aux galeries et institutions invitées de nous envoyer des vidéos. Ils ont tous répondu présents et nous ont ainsi permis d'organiser un programme vidéo de grande qualité. Vidéos réalisées par des artistes ou les galeries sur leur travail ou vidéos artistiques, chaque jour à 14h, vous pourrez découvrir ces œuvres sur YouTube, Facebook et/ou le site de Rendez-vous à Saint Briac (www.festivartsaintbriac.fr). Attention! PAS DE REPLAY, c'est en live !
Un point info est installé sur la place la mairie  de Saint Briac pendant la durée du rendez-vous

Rendez-vous à Saint-Briac 2020 se réinvente et propose une programmation inédite de vidéos accessibles par tous et partout !

Chaque jour du 21 au 24 mai 2020 à 14h00
Pour une séance quotidienne de vidéos inédites en direct
www.festivartsaintbriac.fr
@Rendez-vous à Saint-Briac#rendezvousasaintbriac
youtube
Vous pourrez découvrir des vidéos d’artistes, des documentaires sur les artistes et structures participantes et des créations spécifiques réalisées dans le contexte actuel.

Cette année, nous vous invitons à vous installer confortablement chez vous, à l’heure du café, et découvrir le parcours que nous vous avons concocté.
Dans le bourg de Saint-Briac, nous vous donnons Rendez-vous devant l’Hôtel de ville.
Une cahute réfléchissante vous illuminera et vous accueillera pour vous donner toutes les informations sur le parcours.

Les participants
Finis terrae (Ouessant) Ismaïl Bahri, Grégory Buchert, Marcel Dinahet, Nicolas Floc’h, Eric Giraudet de Boudemange, Enrique Ramírez, Éléonore Saintagnan, Capucine Vever, Ulla von Brandenburg
Capsule Galerie (Rennes) Thomas Auriol, Mardi Noir, Jade Moulin, Maëlle Puligny, Maxime Voidy, Marin Esnault
Galerie Céline Arnal (Montfort-sur-Meu) Camille Guillard, Camille Girard et Paul Brunet
Galerie des petits carreaux (Saint-Briac) Pierre Budet, Noémie Sauve
Galerie Eric Mouchet (Paris) Capucine Vever
Galerie Françoise Paviot (Paris) Juliette Agnel, Jocelyne Alloucherie, Benjamin Deroche,
Galerie du moineau écarlate (Paris) Cédric Laplace, Eugène Lambourdière dit Maurice, Yves Maillochon
Galerie Oniris – Florent Paumelle (Rennes) Vera Molnar
Galerie Plein-jour (Douarnenez)
Galerie Réjane Louin (Locquirec) Brigit Ber, Guillaume Castel
L’Artichaut Galerie (Nantes) Airwan Isle Groove
L’Artothèque de Vitré Communauté (Vitré) Karim Ould
Le Village, site d’expérimentation artistique (Bazouges-la-Pérouse) Francis Raynaud
Les Ateliers du Plessix-Madeuc (Saint-Jacut-de-la-Mer) Mathilde Geldhof
Artistes invités Lydie Chamaret, Image & Co

Un focus autour de la mer
Chaque jour, la selection est organisée autour de films réalisés sur l’Île d’Ouessant.
L’association Finis terraenous a confié les vidéos de neuf artistes venus ces dix dernières années en résidence : Enrique Ramirez, Eléonore Saintagnan, Marcel Dinahet, Capucine Vever, Ismaïl Bahri, Grégory Buchet, Nicolas Floc’h, Eric Giraudet de Boudemange et Ulla von Brandeburg.
Noémie Sauve, artiste nous ouvre chaque jour son atelier pour une visite virtuelle de sa
production issue de sa résidence Tara Pacific dont les œuvres devaient être présentées en ce moment au siège d’Agnès B.

1000 artistes, 1000 lieux
Partagez et découvrez les images des œuvres que vous aimez avec un petit texte de votre cru, un poème ou une description technique.

Partagées et visibles du 21 au 24 mai 2020
@1000 artistes / 1000 lieux#1000artistes1000lieux

jeudi 14 mai 2020

TARA PACIFIC visite virtuelle de la production issue de ma résidence #10/10


Épisode 10/10 de ma visite virtuelle TARA PACIFIC, épisode "presque fin" de cette série....

Présentation du travail issu de ma résidence Tara Pacific / Fondation Tara Océan, pendant le confinement du printemps 2020, période à laquelle était initialement programmée la première exposition de restitution regroupant les artistes embarqués pendant l' expédition. Visite virtuelle en 10 épisodes.
Remerciements
Serge Planes​, directeur scientifique de Tara Pacific, pour sa participation renouvelée (cf épisode 7)
Fondation Tara Océan
Marine de Contes pour le montage
Dario Rudy pour la musique
Katrin Backes pour les photographies pro des sculptures
Galerie Jeanne Bucher Jaeger​ qui représente actuellement le dessin "vision montée en graine"
Musée des Beaux-Arts de Rennes
la Réunion des Musées Nationaux et du Grand Palais
la Galerie Lumière des Roses​ et Miguel Buceta

jeudi 7 mai 2020

TARA PACIFIC visite virtuelle de la production issue de ma résidence #9/10


Épisode 9/10 de ma visite virtuelle TARA PACIFIC, épisode qui présente quelques pièces (dessins classiques essentiellement) choisies de ma production

Présentation du travail issu de ma résidence Tara Pacific / Fondation Tara Océan, pendant le confinement du printemps 2020, période à laquelle était initialement programmée la première exposition de restitution regroupant les artistes embarqués pendant l' expédition. Visite virtuelle en 10 épisodes.
Remerciements
Fondation Tara Océan
Marine de Contes pour le montage
Dario Rudy pour la musique
Katrin Backes pour les photographies pro des sculptures

lundi 4 mai 2020

TARA PACIFIC visite virtuelle de la production issue de ma résidence #8/10



Épisode 8/10 de ma visite virtuelle TARA PACIFIC, épisode sur la genèse de mon travail des armes en sculpture, depuis ma longue et bénéfique résidence au Musée de la Chasse et de la Nature entre 2014 et 2016, notamment au sein du Domaine de Belval de la Fondation François Sommer, jusqu'à la fabrication de mes armes TaraPacific entre 2018 et 2020. Merci spécial à Raphaël Abrille, interlocuteur principal de ce travail et qui m'a accompagné dans les débuts de cette aventure avec la Fondation, un lien continu, avec des collaborations régulières, notamment avec la revue Billebaude de la fondation, portée et créée par Anne De Malleray, maintenant accompagnée de Joshua de Paiva. 

Présentation du travail issu de ma résidence Tara Pacific / Fondation Tara Océan, pendant le confinement du printemps 2020, période à laquelle était initialement programmée la première exposition de restitution regroupant les artistes embarqués pendant l' expédition. Visite virtuelle en 10 épisodes.
Remerciements
Fondation Tara Océan
Marine de Contes pour le montage
Dario Rudy pour la musique
Katrin Backes pour les photographies pro des sculptures
Marie Docher pour les images de la fabrication des housses d'armes à l'atelier avec la laine de l'association Clinamen, 
Julie Lou Dubreuilh, muse et membre de l'association Clinamen qui m'envoie les images des animaux trouvés pendant les missions de pratiques paysannes dans le Grand Paris
Fondation François Sommer
Musée de la chasse et de la nature à Paris
Raphaël Abrille, secrétaire général du Musée de la chasse est de la nature

vendredi 1 mai 2020

TARA PACIFIC visite virtuelle de la production issue de ma résidence #7/10



Épisode 7/10 de ma visite virtuelle TARA PACIFIC, épisode qui fait suite à l'intro sur cette technique (épisode 6/10) que j'ai inventée, ou plutôt que j'ai adaptée au dessin, SQUELETTES/EXOSQUELETTES, quelques extraits commentés par des spécialistes. Merci à Serge Planes, Christophe Sand, Morgane Ratin, Simon Rigal et Thierry Perez pour leurs généreuses contributions sur cet épisode et leurs retours précieux.

Présentation du travail issu de ma résidence Tara Pacific / Fondation Tara Océan, pendant le confinement du printemps 2020, période à laquelle était initialement programmée la première exposition de restitution regroupant les artistes embarqués pendant l' expédition. Visite virtuelle en 10 épisodes.
Remerciements
Fondation Tara Océan
Marine de Contes pour le montage
Dario Rudy pour la musique et les photos de l'atelier en noir et blanc
Katrin Backes pour les photographies pro
l'Atelier Glaz / Claire Pandurkar pour ses encadrements délicats

lundi 27 avril 2020

TARA PACIFIC visite virtuelle de la production issue de ma résidence #6/10


Épisode 6/10 de ma visite virtuelle TARA PACIFIC, épisode SPECIAL SQUELETTES / EXOSQUELETTES, introduction au métal en sculpture et en dessin, pour une production qui questionne les rapports d'interdépendances entre les espèces et les territoires.

Présentation du travail issu de ma résidence Tara Pacific / Fondation Tara Océan, pendant le confinement du printemps 2020, période à laquelle était initialement programmée la première exposition de restitution regroupant les artistes embarqués pendant l' expédition. Visite virtuelle en 10 épisodes.
Remerciements
Fondation Tara Océan
Marine de Contes pour le montage
Dario Rudy pour la musique
Katrin Backes pour les photographies pro
Marie Docher pour ses images et films de mon travail de ciselure  à l'atelier 
Atelier Glaz / Claire Pandurkar pour ses encadrements délicats

lundi 20 avril 2020

TARA PACIFIC visite virtuelle de la production issue de ma résidence #5/10


Épisode 5/10 de ma visite virtuelle TARA PACIFIC, épisode spécial FLUORESCENCES dans mon travail.

Présentation du travail issu de ma résidence Tara Pacific / Fondation Tara Océan, pendant le confinement du printemps 2020, période à laquelle était initialement programmée la première exposition de restitution regroupant les artistes embarqués pendant l' expédition. Visite virtuelle en 10 épisodes.
Remerciements
Fondation Tara Océan
Marine de Contes pour le montage
Dario Rudy pour la musique
Katrin Backes pour les photographies des sculptures
Marie Docher pour ses films de mes démoulages aux Ateliers Paul Flury

vendredi 17 avril 2020

TARA PACIFIC visite virtuelle de la production issue de ma résidence #4/10


Épisode 4/10 de ma visite virtuelle TARA PACIFIC, épisode consacré à un seul dessin, point de départ de la résidence, retranscription d'une identité suggérée "CORAIL"...

Présentation du travail issu de ma résidence Tara Pacific / Fondation Tara Océan, pendant le confinement du printemps 2020, période à laquelle était initialement programmée la première exposition de restitution regroupant les artistes embarqués pendant l' expédition. Visite virtuelle en 10 épisodes.
Remerciements
Fondation Tara Océan
Marine de Contes pour le montage
Dario Rudy 

lundi 13 avril 2020

TARA PACIFIC visite virtuelle de la production issue de ma résidence #3/10


Épisode 3/10 de ma visite virtuelle TARA PACIFIC, dernier épisode de présentation générale, consacré cette fois à la science pendant la résidence.

Présentation du travail issu de ma résidence Tara Pacific / Fondation Tara Océan, pendant le confinement du printemps 2020, période à laquelle était initialement programmée la première exposition de restitution regroupant les artistes embarqués pendant l' expédition. Visite virtuelle en 10 épisodes.
Remerciements
Fondation Tara Océan
Marine de Contes pour le montage
Katrin Backes pour les photos labo des sculptures
Dario Rudy 

samedi 11 avril 2020

TARA PACIFIC visite virtuelle de la production issue de ma résidence #2/10


Épisode 2/10 de ma visite virtuelle TARA PACIFIC,  épisode 2/3 de présentation générale de la résidence.

Présentation du travail issu de ma résidence Tara Pacific / Fondation Tara Océan, pendant le confinement du printemps 2020, période à laquelle était initialement programmée la première exposition de restitution regroupant les artistes embarqués pendant l' expédition. Visite virtuelle en 10 épisodes.
Remerciements
Fondation Tara Océan
Marine de Contes pour le montage
Katrin Backes pour les photos labo des sculptures
Dario Rudy

mardi 7 avril 2020

TARA PACIFIC visite virtuelle de la production issue de ma résidence #1/10


Épisode 1/10 de ma visite virtuelle TARA PACIFIC,  épisode 1/3 de présentation générale de la résidence.

Présentation du travail issu de ma résidence Tara Pacific / Fondation Tara Océan, pendant le confinement du printemps 2020, période à laquelle était initialement programmée la première exposition de restitution regroupant les artistes embarqués pendant l' expédition. Visite virtuelle en 10 épisodes.
Remerciements
Fondation Tara Océan
Marine de Contes pour le montage
Dario Rudy

mardi 3 mars 2020

Dessins en exosquelettes (3) / TARA PACIFIC

Cette série (n°3) de "dessins en exosquelettes" a été réalisée en cuivre via un procédé d'électrolyse adapté au papier afin de reproduire une esthétique de l'agglomérat sur le modèle des exosquelettes de coraux. Ces dessins-récifs construisent des exosquelettes de probabilités scientifiques élaborées à partir des notes scientifiques que j'ai prises à bord pendant ma résidence TARA PACIFIC.
Les dessins en métal survivent à leur support, ils sont leur propre squelette
CES DESSINS ONT ÉTÉ RÉALISÉS EN 2020
ci-dessus:
"Création lente VS Disparition rapide"
50x 65,5 cm
photo@Katrin Backes
ci-dessus:
"Le paysage comme identité"
50x 70 cm
photo@Katrin Backes

Des montagnes en ombre chinoise, devant une ligne d’horizon penchée. Le tout servant de fond à notre identité confondant nature et culture, une synthèse du minéral, du végétal et de l’immatériel. Colonnes de corail devenant pins colonnaires, palmes de cocotiers se transformant en danseurs, gousse de capoquier formant la façade d’une grande maison des hommes, feuille prise dans une branche durant un cyclone, flottant comme un tapa de coutume accroché à un vieux mat du souvenir. Paysage s’enracinant dans la terre tout en naviguant à travers l’histoire sur ses quatre troncs. Illustrant l’ambivalence de l’identité du peuple du grand Océan : être l’arbre, ou être la pirogue ? En miroir, au-dessus, les ancêtres transparents nous rappellent que le visible et l’invisible, le calme et la tempête, la plage et la montagne, le masculin et le féminin, le jeune et le vieux, n’ont de sens que s’ils sont unis dans un tout : l’île.    
Christophe Sand est un archéologue calédonien, cherchant depuis quatre décennies à rendre leur place aux passés multiples de l’Océanie. Pour que les hommes et les femmes du Pacifique s’appuient, dans leur quête d’un avenir de fraternité par-delà la diversité de leurs origines, sur des racines assumées.  

ci-dessus:
"Ressentir les éléments, comme un être vivant"
55 x65,5 cm
photo@Katrin Backes

Qu’est-ce qui motive le nudibranche à avancer sur sa proie, une éponge, un hydraire, une algue, qu’il broute pour tirer des ressources nutritives, mais pas seulement. De ses proies, il extrait aussi des molécules de défenses qu’il va stocker dans les parties de son corps les plus exposées à ses propres prédateurs, des poissons le plus souvent. En cumulant ces toxines notamment dans les branchies qu’il porte sur le dos, il annonce la couleur (car oui elles sont souvent très toxiques) qui s’y frotte s’y pique, qui y goute s’intoxique. Et pourquoi ne voit-on jamais une éponge entièrement dévastée par l’action de broutage des nudibranches ? Est-ce que les nudibranches auraient mieux compris que les hommes que cette ressource, de ce partenaire, dépendrait sa survie ? 

Océanographe né en 1970 à Marseille, Thierry Pérez tient son obsession de monter sur les bateaux d’un grand père marin pêcheur. Directeur de recherche au CNRS, il est biologiste marin, spécialiste des éponges, des animaux dont il a décrit une quarantaine d’espèces. Il aime jouir de la liberté de satisfaire sa curiosité et de réaliser sans cesse de nouvelles idées par une science interdisciplinaire. Il organise et dirige des formations et des expéditions naturalistes aux quatre coins de la planète, avec toujours la même flamme dévorante, et en créant du lien avec des paysages et des gens de mer exceptionnels.


ci-dessus:
"Toutes les espèces sont amenées à disparaître un jour"
48 x62 cm
photo@Katrin Backes

Considérer que la biodiversité est figée et doit être conservée en l’état, comme on conserve des sardines dans une boite en métal, est une approche très archaïque de la biologie de la conservation. Les espèces naissent, évoluent et s’éteignent, remplacées par de nouvelles dont les caractères ont été sélectionnés pour/par un environnement donné, moyenné sur des dizaines/centaines de milliers d’années, c’est ce que Darwin a appelé la sélection naturelle. On vit actuellement une crise qualifiée de sixième extinction massive parce que les effectifs de nombreuses espèces connues diminuent dramatiquement, parce que sans réserves, parcs ou zoos (ces fameuses boites de conserve), beaucoup d’espèces se seraient éteintes avant d’avoir évolué en quelque chose d’autre. Notre problème est que les changements environnementaux sont trop rapides pour que la sélection naturelle fasse son œuvre pour donner naissance à des formes de vies inconnues. Et dans le même temps, alors qu’on décrit encore 15-16000 nouvelles espèces par an, à peine 2000 d’entre elles sont décrites de l’océan. L’effort est insuffisant, il reste énormément à découvrir dans l’océan, un monde à part entière pourrait nous apparaître nouveau dès demain.

Océanographe né en 1970 à Marseille, Thierry Pérez tient son obsession de monter sur les bateaux d’un grand père marin pêcheur. Directeur de recherche au CNRS, il est biologiste marin, spécialiste des éponges, des animaux dont il a décrit une quarantaine d’espèces. Il aime jouir de la liberté de satisfaire sa curiosité et de réaliser sans cesse de nouvelles idées par une science interdisciplinaire. Il organise et dirige des formations et des expéditions naturalistes aux quatre coins de la planète, avec toujours la même flamme dévorante, et en créant du lien avec des paysages et des gens de mer exceptionnels.

vendredi 28 février 2020

"Reflet"

Depuis Paul Vidal de la Blache au début du XXè siècle, le paysage a toujours été présent dans les études géographiques, sans toutefois représenter un concept central de cette discipline. Au départ, c'est un instrument, "un objet que l'on peut lire depuis une perspective fonctionnelle (reflet à la fois des processus à l'œuvre dans le monde naturel et de la marche des sociétés) ou depuis une perspective archéologique" (Claval, 2001). C'est à la fois la traduction concrète des rapports homme-milieu et un moyen de mettre en évidence les différenciations régionales."
Daniel Terrasson dans Natures-Sciences-Sociétés. 2006 / 2.  vol.14
crayon, crayon de couleur aquarellable, stylo bic sur papier Arches 280g
2,40m x 1,34m

mercredi 19 février 2020

"Des lambeaux génétiques comme un trophée de viscères gagné par le cœur des cochongliers fertilisant"


crayons, encre effaçable, stylo bic, fusain
1,63cm x 1,08cm

Ours Blanc à effets / céramique émaillée

céramique émaillée
41 x40 x14 cm
sculpture murale
photo @Katrin Backes

Grand Poisson / céramique émaillée

céramique émaillée
55 x40 x14 cm
sculpture murale
photo @Katrin Backes

félin griffé / céramique émaillée

céramique émaillée
37 x37 x9 cm 
sculpture murale
photo @Katrin Backes

le prédateur des coraux / céramique émaillée

céramique émaillée
27 x21 x11 cm 
photo @Katrin Backes

dague en bernard l'hermite /céramique émaill



céramique émaillée
13 x3 x3 cm pour la dague
12 x7 x4 cm pour le coquillage en main
photos @Katrin Backes

housse en céramique du poing-coquillage en bronze

céramique émaillée
11 x17 x8 cm
photo @Katrin Backes
(voir "poing coquillage" dans "sculptures en bronze" TARA pour les détails de la sculpture)

housses en céramique du grand sabre des cervidés en bronze

housse "nymphose"
céramique émaillée
33 x9 x14 cm

housse "vase"
céramique émaillée
29 x10 x9 cm

photos @Katrin Backes
voir "grand sabre des cervidés" dans "sculptures en bronze" pour les détails de la sculpture

Dessins en exosquelettes (2) / TARA PACIFIC

Cette série (n°2) de "dessins en exosquelettes" a été réalisée en cuivre via un procédé d'électrolyse adapté au papier afin de reproduire une esthétique de l'agglomérat sur le modèle des exosquelettes de coraux. Ces dessins-récifs construisent des exosquelettes de probabilités scientifiques élaborées à partir des notes scientifiques que j'ai prises à bord pendant ma résidence TARA PACIFIC.
Les dessins en métal survivent à leur support, ils sont leur propre squelette
CES DESSINS ONT ÉTÉ RÉALISÉS EN 2020
ci-dessus:
"L'impact du changement climatique sur les iconographies de la nature et des animaux. 
Les mythologies locales ont des sites historiques qui changent de visage"
21x29,7 cm
photo@Katrin Backes

ci-dessus:
"Les vents tournent sur l'eau et les crêtes et lèvent les masses accrochées à l'attraction terrestre"
21x27 cm
photo@Katrin Backes

ci-dessus:
"Est-ce que je ne suis pas un amas de corpuscules de buts et de projets, sur une incarnation ondulatoire d'empathie et de symbioses?"
14,8x21 cm
photo@Katrin Backes

ci-dessus:
"Paysage comestible, sécurisant et enchanteur"
14,8x21 cm
photo@Katrin Backes

ci-dessus:
"La vie qui se répand sur notre encrage"
14,8x21 cm
photo@Katrin Backes

ci-dessus:
"Reconnaître l'ennemi ou le prendre pour soi-même
Entretenir un leurre pour dompter son milieu"
21x29,7 cm
photo@Katrin Backes
ci-dessus:
"Ceux pour qui les espèces n'évoluent pas et ceux pour qui elles évoluent"
21x29,7 cm
photo@Katrin Backes



mardi 4 février 2020

ANIMAL TOTEM



04.02.2020 — 14.03.2020

GALERIE JEANNE BUCHER JAEGER

Fermín Aguayo, Jean-Michel Atlan, Miguel Branco, Yang Jiechang, Louis Marcoussis, André Masson, Paul Rebeyrolle, Hans Reichel, Noémie Sauve, Maria Helena Vieira da Silva

Espace St Germain
53, rue de Seine
75 006 Paris

horaires d’ouverture
de 10 h à 18 h
53 rue de Seine
Du mardi au samedi




Motif vivant n°1,2,3,4,5 et 6




ci-dessus
Collection Particulière
(réf.97)



15x21 cm

crayon sur papier Sennelier 340g
pour les motif 1, 2, 5 et 6

stylo bic sur papier Sennelier 340g
pour les motif 3 et 4

RAMDOER #3

Résidence d'Artiste à Mains d'Œuvres dans la Rue (RAMDOER #3)
Noémie Sauve
Disconographie "habitat animal en ville"
du 10 au 14 février 2020
Saint Ouen

Les disconographies sont des mises en scènes plastiques, des prolongements de pièces 2D ou 3D réalisées en atelier qui permettent de projeter les idées dans leur contexte réel, dans des contextes qui suggèrent d'autres utilisations d'un espace, d'une ville, d'un environnement.

Sur le modèle de son travail des "Disconographies" Noémie Sauve invite tous ceux qui le désirent à venir explorer un site de la commune de Saint-Ouen afin d’imaginer comment redonner une place aux habitants non-humains de ces environnements. Si on imaginait que cette place pouvait être pensée par l’urbanisme du futur, quelle serait-elle ? Ces habitats seraient-ils visibles ? cachés ? fabriqués avec quels matériaux ? ils auraient quelles formes ? Ce repérage est suivi d’un atelier plastique de fabrication 2D et 3D dont les travaux retourneront investir les sites repérés. Les traces photographiques de ces propositions urbaines s’exposeront comme des iconographies des possibles partages de territoires.